Pourquoi l’agriculture guyanaise ?

Un marché en forte croissance

La Guyane française représente un territoire d’environ 84 000 km2 situé au nord de l’Amérique du Sud, entre le Brésil à l’Est et au Sud et le Surinam à l’Ouest. Son statut administratif est double, puisqu’il s’agit à la fois d’un département d’Outre-mer (DOM) et d’une région française.

La forêt tropicale humide occupe 96% du territoire, soit plus de 8 millions d’hectares. Sa position géostratégique dans le continuum sud-américain n’empêche pas qu’elle se présente essentiellement comme une enclave, un territoire au fonctionnement insulaire.

1 – Une géographie hors normes européennes

Des aménagements nécessaires au développement agricole

Malgré l’immensité du territoire guyanais, la portion utilisable est très limitée. Le faible nombre de terres aménagées constitue un frein au développement agricole, et dans le même temps, un atout pour la préservation de la richesse de la biodiversité.

Un réseau hydrographique exceptionnel mais fragile

Environ 96% de la superficie est couverte de forêts (contre 27% en France métropolitaine). Le climat y est chaud et humide, entraînant un fort degré d’hygrométrie sur une bonne partie de l’année. Le réseau hydrographique est exceptionnel (26 500 km).

L’excès d’eau en saison des pluies rend souvent le drainage indispensable, engendrant des surcoûts importants. La ressource en eau de surface est abondante, en revanche, les eaux souterraines sont plus rares et les forages, qu’ils soient de surface ou profonds, donnent rarement plus de quelques m3/h. La qualité des eaux est menacée sur plusieurs endroits par l’activité d’orpaillage et la protection des ressources devient ainsi un enjeu de plus en plus important.

Un patrimoine à préserver

La forêt guyanaise est remarquable par sa luxuriance et sa biodiversité. On compte plus de 1 000 espèces ligneuses, la faune comprend notamment 685 espèces d’oiseaux et 400 000 espèces d’insectes (soit 10 à 20% du nombre recensé dans le monde).

Afin de préserver cet inestimable patrimoine, un parc national a été créé en mars 2007, côtoyant un parc naturel régional qui existe depuis plusieurs années déjà.

2 – Une démographie galopante

Une population doublée d’ici 25 ans

La Guyane connaît une très forte croissance démographique, la plus élevée parmi les départements d’Outre-mer, et les démographes prévoient un doublement de la population d’ici environ 25 ans.

La région se singularise aussi par la jeunesse de ses habitants, les moins de 20 ans représentent 43% de la population. Ces chiffres s’expliquent à la fois par un taux de natalité élevé et, en partie, par une forte pression migratoire en provenance des pays voisins, principalement le Brésil et le Surinam.

Une population inégalement répartie sur le territoire guyanais

Une autre caractéristique de la population guyanaise est sa répartition très inégale sur le territoire.
Concentrée sur le littoral (sur près de 800 000 hectares) et le long des grands fleuves, qui ont longtemps constitué les seuls axes de pénétration vers l’intérieur, la Guyane compte d’immenses zones entièrement vides et couvertes de forêts primaires.

Permettre l’accès à l’eau et à l’électricité

D’une manière générale, le développement des infrastructures de base peine à suivre la courbe démographique et, dans de nombreux sites isolés, les préoccupations majeures des populations sont relatives à l’accès à l’eau potable et à l’électricité (50% de la population guyanaise n’a pas accès à l’eau potable et 35% n’est pas raccordée à l’électricité).

Une dichotomie importante s’observe entre un nombre restreint d’exploitants évoluant sur un modèle européen (bénéficiaires des aides), et une majorité d’agriculteurs vivriers, qui se situent en dehors de tout circuit économique et social.

Reprenez le pouvoir sur votre impôt et augmentez votre pouvoir d'achat

DECOUVREZ COMBIEN VOUS ALLEZ ECONOMISER

3 – L’environnement en Guyane

Une forêt tropicale de 8 millions d’hectares

La Guyane recèle des ressources naturelles abondantes et variées, notamment sa forêt tropicale, unique au sein de l’Union européenne. Elle fait partie intégrante du massif forestier du Plateau des Guyanes, et représente plus de 8 millions d’hectares, soit 96% du territoire du département.

Un sous-sol particulièrement riche

Le sous-sol renferme, quant à lui, un grand nombre de minéraux, en particulier l’or, dont l’exploitation actuelle pose de nombreux problèmes.

Une autre richesse importante de la Guyane est son eau. Le réseau hydrographique étant particulièrement dense, la ressource en eau est conséquente.

4 – Un marché agricole guyanais en forte croissance

20% d’exploitations agricoles supplémentaires en 10 ans

La Guyane est le seul département français où le nombre d’exploitations agricoles augmente fortement. Depuis 2011, DOM COM INVEST a financé le développement du secteur agricole guyanais, notamment le secteur vivrier, à hauteur de 125 M€.

Ainsi, et du fait de la vivacité et de la persistance d’une agriculture traditionnelle conduite sur de petites exploitations individuelles pratiquant la culture sur abattis, le nombre d’exploitations agricoles s’est accru de près de 20% au cours des dix dernières années.

Une croissante liée au boom démographique guyanais

Le moteur de cette croissance est lié en partie au boom démographique enregistré sur l’Ouest guyanais où la population a augmenté de 44% avec dans le même temps un nombre d’exploitations qui a bondi de 46% pour atteindre un chiffre vraisemblablement compris entre 3 500 et 4 000 unités, de taille variable.

La Guyane a enregistré une hausse marquée de son taux de croissance démographique qui avoisine les 6%.

Près d’un habitant par km2 ?

Parmi les 22 communes qui composent la Guyane, sept d’entre elles couvrent près de 36 500 km2 et totalisent, selon le dernier recensement, 37 400 habitants. En réalité, ce dernier chiffre est largement sous-estimé et la population est probablement beaucoup plus nombreuse en 2013.

Malgré ces chiffres, il n’y a pas encore eu d’exode massif des populations du fleuve vers Saint-Laurent ou Cayenne.

La Guyane est la première région agricole française

Plus qu’ailleurs, en Guyane les pratiques agricoles de l’Ouest, très diversifiées, restent marquées par les traditions. Cette sous-région est en effet une zone de confluence des différentes cultures présentes en Guyane. Des formes parfois peu évoluées de production traditionnelle y côtoient de grandes fermes mécanisées (riz, élevage).

Ainsi, une certaine expansion agricole, celle du monde des abattis et des cultures traditionnelles, est clairement corrélée à cette croissance démographique de l’Ouest. En conséquence, la population agricole familiale est devenue plus nombreuse. Elle est aujourd’hui évaluée, sur l’ensemble de la Guyane, à 20 000 personnes.

Avec une population active agricole de 7,5%, la Guyane est ainsi la première région agricole française.